Energie Eolienne

Le vent est une source d’énergie renouvelable et sans rejets. L’Union Européenne a formulé des objectifs ambitieux en terme de réduction des émissions de CO2 et de développement des énergies vertes : une part significative de ces objectifs pourra être atteinte grâce à l’éolien.

L’utilisation de la force du vent remonte à plusieurs millénaires, avec l’apparition lointaine des tout premiers voiliers et celle de systèmes de ventilation primitifs, vers 300 avant JC.

Au 19ième siècle, des moulins à vent destinés à moudre le grain ont été construits le long des côtes de Norvège. La crise internationale du pétrole, au début des années 1970, a incité les chercheurs à mettre au point des turbines éoliennes d’un type nouveau pour la production d’électricité.

L’énergie éolienne demeure l’une des plus respectueuses de l’environnement pour la production électrique à grande échelle.

A l’horizon 2015, Statkraft s’est fixé la mise en service d’une capacité de production de 1 100 MW pour l’éolien terrestre et de 150 MW pour l’éolien marin.

Les initiatives de Statkraft dans le domaine de l’éolien

En 1997, Statkraft choisit de concentrer ses efforts sur le développement de projets éoliens. Son premier parc éolien a été inauguré par le Roi Harald V, en 2002, à Smøla. Il s’agissait alors du premier site de cette envergure, en Norvège. Aujourd’hui, Statkraft possède trois sites éoliens sur le territoire national, sans compter de nombreux autres projets en cours.
Depuis 2008, Statkraft met l’accent sur le développement de projets éoliens terrestres en Norvège, via la société SAE Vind, une entreprise fondée conjointement avec Agder Energy. En Suède, Statkraft collabore également dans ce domaine avec différents partenaires, et en Grande-Bretagne, elle mise à la fois sur les parcs terrestres et marins.

L’avenir de l’éolien

L’Allemagne, l’Espagne et le Danemark font partie des pays européens où l’éolien est le plus développé. La Norvège, la Suède et la Grande-Bretagne disposent encore d’un grand potentiel en terme d’éolien terrestre. En Grande-Bretagne, il existe en outre un certain nombre de zones maritimes de faible profondeur, particulièrement adaptées à l’installation de champs d’éoliennes offshore. Les pouvoirs publics britanniques souhaitent mettre en place dans les prochaines années une capacité de production de 25 000 MW, à partir d’installations éoliennes marines.Statkraft est candidat pour des licences de construction, qu’il s’agisse de parcs terrestres ou offshore. À plus long terme, l’éolien marin fera l’objet d’un effort de développement accru, notamment sur des sites où le vent représente une ressource abondante et où l’on dispose de grands espaces pour l’implantation de ces équipements. En premier lieu, seront concernées les zones peu profondes de la Mer du Nord, où les champs d’éoliennes peuvent être installées sur les fonds marins. En second lieu, les zones plus profondes du littoral norvégien nécessiteront le recours à des éoliennes flottantes, nécessitant une technologie beaucoup plus robuste, qui ne pourra être développée et compétitive que d’ici 10 à 20 ans.

Téléchargements

Titre Taille Type
Fact Sheet Energie Eolienne 0,9MB .PDF